Journée mondiale de lutte contre l’excision

6 février 2018: Journée mondiale de lutte contre les Mutilations génitales féminines.

Aujourd’hui encore, plus de 200 millions de filles et femmes sont excisées dans le monde. Un chiffre qui donne le vertige, surtout quand on connaît les conséquences qui en découlent pour la santé des femmes (hémorragies, stérilité, problèmes lors de l’accouchement etc). C’est pour cela que la Fondation Follereau continue son action contre cette tradition qui met en péril la liberté des femmes, au Mali et au Burkina Faso où elle mène des projets sur le terrain avec ses partenaires locaux mais aussi ici, au Luxembourg. Car il est important de faire comprendre au grand public des pays dits « du Nord » que les Mutilations Génitales Féminines (MGF) constituent un problème global auquel nous sommes liés par un devoir citoyen de solidarité globale. Les MGF sont une violation des droits de la femme et de l’enfant, issue de l’inégalité entre les sexes. Les répercussions de ces inégalités qui sont globales et concernent aussi le Luxembourg, varient beaucoup entre les pays et régions. Au Burkina Faso et au Mali où intervient la FFL, respectivement 75,8 % et 85,2 % des femmes sont excisées. Grâce à la FFL, les femmes qui le désirent peuvent obtenir une chirurgie réparatrice dans leur pays et leur entourage est sensibilisé sur les raisons non médicales de l’excision et sa dangerosité pour la santé de la femme. Au Burkina Faso, 40 € permettent par exemple à une femme d’être hospitalisée et de bénéficier d’une réparation.

Pour participer à la lutte et sensibiliser le grand-public luxembourgeois, la Fondation Follereau a organisé plusieurs évènements en 2017. Le début de l’année avait été marqué par le concert d’Inna Modja à l’Atelier. Des messages forts et engagés accompagnés de projections vidéos avaient permis à Inna Modja de transmettre sa musique et plus largement de défendre la dignité féminine durant plusieurs heures rythmées par les influences maliennes de la chanteuse.  Au début du mois d’avril, la Fondation a participé à la projection du film « ÉphéMère : Naître femme et devenir mère au Mali » suivie d’un débat lors d’une soirée « Afro’ PéroJECTIONS » organisée par l’association Likaba. En juin, la FFL a organisé une nouvelle projection de film au cinéma Utopia. Il s’agissait du film « Dry », racontant l’histoire de Zara, femme médecin au Pays de Galle, et Zara, une petite fille de 13 ans prête à être mariée dans un village rural du Nigéria. Enfin, en fin d’année, nous avons organisé la journée « Expression Against Excision » au Lycée Saint-Anne à Ettelbruck où les élèves ont pu participer à 23 ateliers créatifs thématisant différents aspects des droits de la femme et de l’égalité des sexes.

Cette année, le Fondation Follereau maintient ses efforts au Burkina Faso et au Mali, afin de lutter contre les mutilations génitales féminines, avec ses partenaires locaux, ainsi que les femmes sur le terrain. A Luxembourg, l’équipe de la Fondation a le plaisir de vous inviter à la projection-débat le 22 février. Le documentaire « Mon enfant, ma soeur songe à la douleur » sera diffusé, en présence de la principale protagoniste, Khadidiatou Diallo, et de la réalisatrice, Violaine de Villers.

Être informé(e) et en parler autour de soi c’est déjà agir pour l’intégrité physique de la femme.