Et si on ne s’arrêtait pas là ?

Depuis 1990, la mortalité maternelle a pratiquement diminué de 44% à l’échelle mondiale d’après les chiffres de l’OMS[1]. Mais si on ne s’arrêtait pas là ? Désormais, aujourd’hui encore environ 830 femmes meurent chaque jour dans le monde du fait de complications liées à la grossesse ou à l’accouchement. La majeure partie sont pourtant évitables.

« Toutes les femmes doivent avoir accès aux soins prénatals pendant la grossesse, bénéficier de l’assistance d’un personnel qualifié lors de l’accouchement et recevoir des soins et un soutien au cours des semaines qui suivent cet accouchement. » – OMS

Pour permettre à toutes les femmes d’avoir accès à des soins de base de qualité, mais aussi pour réduire le risque des futures mamans de mourir lors de l’accouchement ou à cause de conséquences liées à leur grossesse, la Fondation Follereau s’engage en faveur des femmes et des enfants les plus démunis.

Depuis 2002, elle est notamment présente dans la zone sanitaire Allada-Zè-Toffo et Abomey Calavi/Sô-Ava avec son partenaire local, la Représentation formelle de la FFL au Bénin (R-FFL). Ce programme de santé concourent à l’amélioration de la santé d’une population de 853 798 habitants.

Aussi, en abordant une large gamme de thématiques sur une zone précise, la fondation intervient sur plusieurs problématiques :

  • la santé maternelle et infantile avec la maternité dans le village isolé d’Ahozonnoudé où 127 accouchements ont été réalisés au long de l’année. Cette maternité a vu le jour en 2014. Auparavant, les femmes étaient obligées de se déplacer dans un autre village se situant à plus de 8 kilomètres
  • la construction de nouveaux centres de santé pour renforcer l’offre de soins et réduire les déserts médicaux, notamment à Lokpodji où une maternité sur pilotis est en cours de construction
  • la prise en charge des enfants sous-nutris/malnutris dans le centre de récupération nutritionnelle de Toffo : en 2018, 164 enfants ont été pris en charge avec un taux de récupération de 100%
  • la prise en charge du VIH/SIDA, particulièrement pour les mères et enfants, au travers de soins, de campagnes de sensibilisation et d’un soutien psychologique : cette année, 3419 personnes ont été dépisté (dont 14 cas positifs) et 5764 ont suivi des séances de sensibilisation
  • l’accès à l’eau potable avec la réhabilitation de forages, essentiels à la santé communautaire
  • l’accès aux services de vaccination grâce au renforcement de la stratégie avancée : 2751 enfants ont ainsi pu été vaccinés en 2018

La journée internationale des femmes vise à réduire les inégalités que subissent les femmes à travers le monde. L’objectif est de faire progresser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, grâce à la protection sociale, l’accès aux services publics et la construction d’infrastructures durables [2].

Chaque femme a le droit d’avoir accès à des soins de base de qualité. Grâce à vous, nous pouvons les soutenir !

Conny Reichling, Chargée de direction : « Les inégalités dont pâtissent les femmes peuvent survenir dès la naissance et les suivre tout au long de leur vie. Les droits de la femme sont avant tout des droits humains. Ne les oublions pas. Vous aussi, aidez-nous à soutenir ces femmes et filles. »

Retrouvez davantage d’informations concernant nos projets autour de la santé maternelle et infantile sur notre site internet : www.ffl.lu/sante-maternelle

[1]  https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/maternal-mortality

[2] http://www.zakweli.com/journee-internationale-de-la-femme-date-origine-et-theme/