Une maman meurt toutes les 2 minutes

Toutes les deux minutes ? Les chiffres actuels sur la mortalité maternelle dans le monde montrent qu’environ 350.000 femmes meurent chaque année des suites de leur grossesse ou de l’un accouchement. Les femmes concernées se trouvent presque exclusivement dans les pays en développement. Illustration : Dans les pays du Sud, 1 femme sur 150 court le risque de mourir des suites de sa grossesse – dans les pays dits industrialisés, le danger est 25 fois inférieur ! Cette différence éclatante représente l’inégalité la plus forte dans le domaine de la santé à l’échelle mondiale. Grâce à des traitements médicaux, de la prévention et les visites de contrôle, comme les consultations des mères, la Fondation Follereau Luxembourg (FFL) sauve des vies en Afrique de l’Ouest. Aidez-nous-y s’il vous plaît.

Dans la seule année passée, des centaines de femmes au Mali n’ont pas survécu à la naissance de leur enfant. En raison du mauvais état des routes et du manque de moyens de transport, nombreuses sont les femmes vivant dans les zones rurales qui n’arrivent pas à temps dans le peu d’hôpitaux du pays, qui sont implantés pour la plupart autour de la capitale Bamako. Les centres de santé équipés spécifiquement pour les soins de la mère et de l’enfant se font pour l’instant très rares au Mali.  De plus, les mauvaises conditions sanitaires représentent un gros problème pour les femmes enceintes.

Les moustiquaires de la FFL protègent les femmes enceintes de la malaria

C’est pourquoi la FFL a construit depuis 1996 plus de 20 centres de santé, tous fonctionnels et fréquentés par la population locale depuis. Une grande partie de ces cliniques se trouve dans des régions rurales – et à partir de 2014 des équipes de santé mobiles consulteront les femmes à domicile. Les maternités offrent aux femmes enceintes des consultations avant et après la naissante et leur permettent d’accoucher dans de meilleures conditions. Les cliniques proposent par ailleurs des consultations de médecine générale, les vaccinations, des trousses de soin et des informations pour la prévention de la malaria pour toute la famille. La FFL renforce aussi son aide aux futures mères au Burkina Faso et en 2014, l’offre sera étendue au Bénin.

Renforcer les droits des femmes

Au Mali, le risque de décéder des suites de la grossesse est particulièrement élevé chez les jeunes filles de 13 à 17 ans. Pourtant il est fréquent que des femmes maliennes soient enceintes à cet âge. Les troubles médicaux sont non négligeables pour les enfants et peuvent, dans les pires des cas, conduire à la mort de la mère et de l’enfant. Un autre aspect : Lorsque les femmes endossent leur rôle de mère déjà en jeune âge, leurs chances de suivre une formation ou de s’établir sur le marché du travail déclinent manifestement. L’organisation d’aide aux femmes au Mali COFESFA sait que la santé des mères peut être considérablement améliorée grâce à la formation.

C’est pourquoi la FFL soutient l’ ONG locale COFESFA dans sa voie d’informer année après année des milliers de jeunes femmes lors d’ateliers de sensibilisation : A propos des consultations accessibles pour les femmes enceintes, sur le prévention des maladies comme le VIH ou la malaria, sur l’alimentation recommandée durant la grossesse, les risques (mortels) lors de relations sexuelles et de l’accouchement pour les femmes excisées et sur les différents moyens de contraception.

Mali : Dans les maternités de la FFL les sages-femmes accompagnent les femmes enceintes déjà avant l’accouchement.

La contraception joue un rôle particulièrement important dans le combat contre la mortalité maternelle car les mères les plus exposées au risque de mortalité sont en général celles ayant porté plus de 5 enfants, celles qui sont particulièrement jeunes, celles dont l’âge est supérieur à 40 ans ou encore celles dont les grossesses ont été trop rapprochées. Les moyens de contraception permettent des phases de repos et jouent un rôle majeur dans la planification familiale. Ainsi, la FFL et le COFESFA partagent dans leur mission la conviction que l’investissement dans la formation renforce la protection de la propre santé et par conséquent l’autodétermination des femmes.

Avec votre aide nous pouvons aider d’autres mères à passer le cap de la grossesse et de la naissance sans difficulté. Merci de bien vouloir effectuer votre don avec la mention « Mamans au Mali », sur le compte : CCPL IBAN LU15 1111 0000 7878 0000. Un grand merci pour votre soutien !