Soutien des Pygmées Akas

Un accès à la santé pour les Akas

Les pygmées Akas vivent en communauté dans la forêt tropicale, loin des villages et des centres de santé du district de Lobaye au sud-ouest de la République Centrafricaine. Leur situation est difficile. Démunis et marginalisés, ils sont menacés de disparition. Pratiquant la chasse et la cueillette, ils ne disposent pas de ressources financières pour bénéficier des soins de santé adéquats. Les Akas sont victimes de différentes maladies comme la lèpre, l’ulcère de Buruli, le paludisme et la tuberculose, très présents dans la région. Le taux de mortalité maternelle et infantile est anormalement élevé. Beaucoup d’enfants ne sont pas vaccinés. Depuis 2011, la FFL et FAIRMED travaillent ensemble sur un projet d’amélioration de santé des Pygmées Aka à Lobaye.

La République Centrafricaine (RCA) est un des pays les plus pauvres du monde. La population vit en majorité dans des villages reculés et dans les forêts. Le pays compte peu d’infrastructures routières et pas de systèmes d’assainissement. Pour atteindre les dispensaires mal équipés ou l’hôpital de Mbaïki, de longues marches sont souvent nécessaires. Le personnel médical est généralement mal formé, peu et irrégulièrement payé. On compte 1 médecin pour 10.000 habitants et moins de 2 infirmiers/sages-femmes pour 100.000 habitants. Quelques ONG se sont engagées dans ses régions mais les interventions se sont limitées à des programmes spécifiques de durées limitées (campagnes de vaccinations par ex). La lèpre, la tuberculose et l’ulcère de Buruli côtoient d’autres maladies  comme par exemple le paludisme, la fièvre jaune, le pian et le VIH/SIDA. Nombreuses sont les mères qui meurent des suites de l’accouchement, et les bébés qui décèdent avant l’âge d’un an.

Pour aider les pygmées Akas et le reste de la population défavorisée de Lobaye, la Fondation Follereau Luxembourg finance depuis 2011 un projet qui consiste :

Construire et équiper des centres de santé  dans les régions défavorisées et améliorer globalement la gestion sanitaire du district

(Création d’un fonds de santé communautaire, une sorte de caisse-maladie, octroi de primes pour encourager la vaccination et le suivi médical des grossesses, création d’une carte sanitaire pour établir une 1ère base de données etc.)

Engager et former des équipes de soins itinérantes qui peuvent se rendre dans les régions reculées:

Constitution et équipement de 6 équipes sanitaires mobiles (motos) pour assurer la sensibilisation, le dépistage/traitement de la lèpre, de l’ulcère de Buruli et autres maladies tropicales endémiques, la vaccination et les consultations prénatales dans les régions enclavées dans lesquelles se trouvent notamment les pygmées de la tribu Aka.

 Aide et soutien à l’hôpital de référence à Mbaïki:

  • Équipement médical à compléter : échographe pour le suivi des femmes enceintes, table d’accouchement, boites d’instruments médicaux pour la gynécologie, pèse-personne, stéthoscope obstétrical etc…
  • Introduction d’une structure tarifaire transparente et équitable.
  • Panneau solaire pour le bloc opératoire et la maternité.
  • Construction et équipement d’un bâtiment pour la santé maternelle / infantile pour les consultations prénatales, les vaccinations, les pesées et la sensibilisation.
  • Création d’un programme de gratuité des soins pour les indigents.

 

[mappress mapid= »10″]